Webzine #0 - Rétrospective

Webzine #0 - Rétrospective EOTO

Avant-propos

Cultiver le partage en partageant la culture.

Le concept est simple : faire partager aux autres un bout de culture, un évènement qui tient à cœur et satisfaire un besoin de curiosité !

 

On part évidemment du principe que chacun possède, dans son sac à malices, un petit quelque chose qui vaille la peine d’être découvert. C’est une hypothèse qui pourrait paraître non seulement naïvement humaniste mais aussi légèrement prétentieuse. La communauté EOTO ne prétend aucunement faire les lendemains glorieux d’artistes post-modernes en édictant pompeusement une ligne à suivre. Elle prétend encore moins savoir exactement ce qui mérite ou pas d’être découvert a priori. Ceci dit, nous gardons la conviction intime (parce que ce mot-là va bien à côté de « conviction »), que le monde qui nous entoure mérite d’être vu, qu’il a un potentiel non négligeable. Le nihiliste débutant saurait nous opposer que tout ceci n’est qu’illusion, mais s’il en est ainsi, alors autant que l’illusion soit belle et autant la vivre à plusieurs. C’est précisément sur ce plusieurs que nous comptons pour donner avis et recommandations, et, par conséquent, avec ce plusieurs que nous espérons créer du lien.

 

Each One Teach One

Edito #0

EOTO IS BACK...

 

Après une année de réflexion pour certains, de voyage pour d'autres, EOTO fait son retour ! Et qui dit come-back, dit nouvelle formule.

Restructuration de l'association, multiples réunions et concertations, et puis une idée, ze idée : une webzine ! Une webzine interactive avec des vidéos, des articles sur les évènements passés, mais aussi des actualités, des news, etc... Et tant qu'à faire, pourquoi pas relancer des idées trop vite oubliées ? En 2011, EOTO a décidé de prendre de bonnes résolutions : s'ouvrir à d'autres formes de cultures afin de ne plus se concentrer uniquement sur la musique, et relancer l'idée du communautarisme.

Mais pour le moment, EOTO vous présente sa webzine #0, rétrospective des années précédentes. Ce sera l'occasion de découvrir, ou de re-découvrir pour certains, tous les artistes que nous avons été interviewer et filmer.

Bonne lecture et à bientôt pour la webzine #1 !

T.

Video: 

Les Débuts

Automne 2007. Trois amis, tous passionnés de culture et plus particulièrement de musique, eurent l’idée et surtout l’envie de se faire découvrir des artistes les uns aux autres et décidèrent de monter un concept. Le principe : à tour de rôle, chacun proposera aux autres un évènement culturel. L’idée plaît et d’autres personnes adhèrent au projet. Un nom ? EOTO ou Each One Teach One, référence explicite au groupe de reggae Groundation.

16 novembre 2007. Premier EOTO avec Alpha Blondy. Alors oui, tout le monde connaissait Alpha, mais peu l’avaient déjà vu en concert et après 3h de concert intense, personne ne repartit déçu. S’en suivirent deux autres EOTO, Meï Teï Shô et Mario Canonge. Et c’est là que le concept d’Each One Teach One prit vraiment son envol. Une pause clope entre deux chansons avec Mario Canonge et l’opportunité fut saisie de réaliser son interview vidéo.

 

 

 

 

 

Les Débuts - Le Kizz

15 janvier 2008. Premier EOTO filmé : Blossom à la Scène Bastille. Petit montage vidéo mélangeant interview et chansons. Le groupe est content, les membres de l’asso aussi. EOTO se lance alors à la recherche de nouveaux horizons et trouve sur sa route l’EMB. A 20mn de St. Lazare, une petite salle, enfin 500 places quand même, à Sannois dans le 95. Grosse programmation et le début d’une belle collaboration, avec Takana Zion, Manjul et Omar Perry comme points d’entrée.

 

 

Video: 

Les Débuts - Rétrospective

Blossom

C’est un groove qui tourne bien et le batteur n’y est pas étranger. La performance live des instrumentistes et cette voix qui nous laisse sous le charme ne trahissent aucunement la qualité des enregistrements disponibles sur MySpace.

Blossom, Welcome
Mario Canonge

Ce Jazzman français, fait partie des pianistes majeurs de notre époque grâce à un style qui mélange à la fois jazz et son antillais. C'est dans la mazioka, la biguine et le bèlè qu'il faut chercher les racines de la musique de Mario Canonge : un mélange subtil dont on ne se lasse pas !

Omar Perry

Omar Perry poursuit l’œuvre de son père en fusionnant roots et dancehall, sur scène avec le fameux Homegrown Band qui accompagne les plus grands. Prédestiné à la musique, Omar a grandi au Black Ark Studio entouré des meilleurs musiciens jamaïcains des 70's. Chanteur, DJ, producteur et ingénieur du son. Il sait comment faire bouger les corps, en cadence !   > voir la vidéo de l'interview

Takana Zion & Manjul

A 22 ans seulement, cette étoile montante du reggae africain se lâche sur scène et fait preuve d'une prestance impressionnante appuyée par des musiciens efficaces. Du français au malinké en passant par l'anglais et le soussou, ce mélange des genres génère une ambiance chaleureuse et accessible.   > voir la vidéo de l'interview

Mario Canonge
Omar Perry, Man Free
Takana Zion, Zion Prophet

La Collaboration avec l'EMB Sannois

A l’EMB, EOTO est bien accueilli, se sent bien, et a très envie d’y retourner. Ca tombe bien, la programmation est top ! De février à avril 2008, EOTO va écumer les concerts programmés à l’EMB. Après Takana Zion, Manjul et Omar Perry, c’est au tour de Missill de passer devant la caméra d’EOTO. La jeune DJette est montée sur ressorts et parle à 10 000 à l’heure, rendant l’interview assez difficile. Mais une fois installée derrière ses platines, Missill enchaîne les tracks et régale le public.

 

Puis c’est au tour de Buck 65 (voir article) et des Foreign Beggars de se prêter au jeu des questions/réponses d’EOTO. La rencontre avec les rappeurs anglais des Foreign Beggars restera d’ailleurs mémorable. Leur interview étant certainement encore aujourd’hui l’une des plus drôles et décalées qu’EOTO eu l’occasion de réaliser. Et comment rater le roi du scratch, DJ Qbert, accompagné du talentueux beatboxeur Eklips.

 

 

 

La Collaboration avec l'EMB Sannois - Le Kizz

Mais à force de filmer à l’EMB, et ce même si l’accueil de ces derniers restera en tout point remarquable, EOTO se dit qu’il est temps d’explorer de nouvelles salles. Pour continuer à s’affirmer mais aussi pour mieux revenir à l’EMB par la suite. Et c’est ainsi qu’EOTO contactera pour la première fois la Maroquinerie en avril 2008 pour aller filmer un des ovnis de la scène indépendante française, Watcha Clan.

 

 

Video: 

La Collaboration avec l'EMB Sannois - Rétrospective

Missill

DJ Missill emflamme les salles et prodigue le show derrière les platines : les styles fusionnent, les amplis cartonnent, les salles bouillonnent. Bref il y a le feu dans les studios. EOTO a voulu partager avec vous cette rencontre.   > voir la vidéo de l'interview

Missill, mix
Foreign Beggars

S’il ne s’agissait que des toasters Metropolis et Orifice Vulgatron, dont l’aisance microphonique et la présence scénique vous laissent littéralement sur le cul… Mais non ! Sur scène, les performances de Shlomo au beatbox sont vraiment captivantes et font presque regretter que son talent soit si peu exploité sur l’album.

DJ Qbert

Véritable légende vivante du hip-hop, ambassadeur du turntablism, inventeur de nombreuses techniques de scratch, DJ Qbert a débuté en 1990 à San Fransisco, intégré le Rock Steady Crew, et gagné 3 championnats du monde DMC avec Mixmaster Mike. Le guru des platines, le Tony Hawk du scratch, le superman du mix, se déguste en liiiiive !!!

Watcha Clan

Des montagnes des Balkans aux rivages méditerranéens, des traditions orales provençales aux dancefloors londoniens, Watcha Clan propose un voyage musical et spirituel, politique et mystique. EOTO les a rencontrés lors d'une escale parisienne.   > voir la vidéo Goumari

Foreign Beggars, Interview
DJ Qbert, mix
Watcha Clan, Tchribim

Buck 65

Avant le concert, je me renseigne un peu sur le personnage. Sur internet, je tombe sur un bon nombre de photos de cet artiste en beau gosse, style dandy en costume blanc. Un look bien prononcé.
Le soir du concert, on arrive à l'EMB avec l'équipe. On croise Buck... on est presque passés à côté de lui sans le voir, le prenant limite pour un clochard allumé perdu dans une salle de concert... Plus que différent de l'image qu'il a véhiculé ces dernières années, il en est même à l'opposé ! La seule constante, c'est le look tout aussi prononcé...
Avec la dégaine d'un faux cowboy venu du fin fond du Canada, ou bien celle de Hurl (si si, vous connaissez, le anti-héro d'une série complètement décalée) Buck 65, seul sur scène, fait un show qui réussi à tenir le public en haleine du début à la fin.

 

 

Buck 65 - suite

C'était incroyable de le voir arriver au début, le public un peu déstabilisé par son apparence, et ce même public, conquis dès la fin du premier morceau.

Sa musique est aussi décalée que son personnage. Son flow, ultra fluide, ferait pâlir d'envie un bon nombre de rappeurs. La créativité de ses paroles, sensibles et réfléchies – limite intello (c'était pas forcément facile de le suivre à 100 % lors de l'interview) – nous fait voyager dans l'univers des étranges road-movies de Lynch. D'ailleurs, comme dans les films de Lynch, c'est un personnage à 2 (ou plusieurs) identités.

Buck 65, il est surprenant, il est décalé, il est créatif, bref, c'est du haut niveau !

Flow

 

 

 

 

 

Catégorie (Artiste): 

L'Affirmation

Afin de continuer à se diversifier, EOTO se met en quête de nouvelles salles. Mais avant de partir vers des nouveaux horizons, comme par exemple le Glaz'Art pour le concert de Rwan (voir article), EOTO va retourner à l'EMB à deux occasions. La première était destiné à réveiller le punk avec les Svinkels. Ratant l'occasion de les interviewer sur place, EOTO partira en week-end à Rouen afin de mener à bien son projet.

 

Etant des fans de la première heure, les membres d'EOTO avaient coché dans leur agenda le concert de La Rue Ketanou à l'EMB. Mais ils se heuteront pour la première fois au refus de la productrice, trop craintive, trop peureuse ou tout simplement pas assez funky ! EOTO parviendra quand même à réaliser une interview et grâce au soutien de l'EMB, à récuperer les rushs d'une chanson filmée par une autre équipe.

 

 

L'Affirmation - Le Kizz

Afin de boucler une première saison bien remplie, EOTO se rendra à la Dame de Canton pour y rencontrer un percussioniste camerounais, Manuel Wandji. Et partira par la suite, au Plan à Ris Orangis pour y filmer un des groupes les plus connus de la scène électro française, Le Peuple de l'Herbe. Malheureusement, un souci d'ordre technique viendra contrecarrer les plans d'EOTO et rendra complétement inutilisable l'interview.

 

 

Video: 

L'Affirmation - Rétrospective

Svinkels

Entre Rap, Hip Hop, Electro et Punk, le Svink, dans sa dernière galette Dirty Centre, nous sert ses jeux de mots potaches qui nous font toujours marrer dans "un déluge électronique noyé d'infrabasses, dompté par les flows plus techniques que jamais". Mais voilà aujourd'hui c'est fini, le groupe à "divorcé"...  > voir la vidéo de l'interview

Svinkels, Dirty Centre
La Rue Ketanou

Ces citoyens du monde nous entraînent dans une danse ou se côtoient flamenco, rap et accents tziganes... Après une petite pause durant laquelle chacun à travaillé sur ses projets perso, il nous reviennent plus "assagis", nous parlent de fraternité et d'amour  pour notre plus grand plaisir.

Manuel Wandji

Mix original de sons urbains et d'influences africaines, sa musique a inspiré de nombreux chorégraphes en Europe, en Afrique ou aux Etats Unis. Mais c'est en live qu'il est le plus impressionnant. Généreux et inventif, Manuel Wandji colore en permanence sa « Planet groove » de beats urbains et de poly-rythmies africano futuriste.

Le Peuple de l'Herbe

Indiscutablement un des groupes phares des dix dernières années : la volonté de briser les barrières musicales (hip-hop ? breakbeat ? énergies rock'n'roll et puissance des machines...), une formidable présence scénique, une réelle autonomie artistique, un discours engagé et subtil. Bref tous les ingrédients du succès sont ici réunis !

La Rue Ketanou
Manuel Wandji
Le Peuple de l'herbe

Rwan

A notre arrivée au Glaz'Art, Rwan, le sympathique chanteur du groupe Java, se tenait déjà prêt à l'entrée. "Ca vous dérange si on va faire l'interview dans la bagnole sur le parking ? Il fait beau.., ca vous dirait une bière ?" Ok, pas de problème, on est parti pour une interview à la fraiche !

 

Rwan est naturel, décontracté, il rigole et déconne sans arrêt. Il vient de sortir en solo son 2e volume de Radio Cortex avec le label Makasound, présenté sous forme de radio pirate. Rwan enchaîne différents styles tels que le hip-hop, la chanson française, le reggaeton, se permettant même un duo avec Winston McAnuff. Certaines sont réussies, d'autres moins, mais ce n'est pas au niveau de la rythmique que vous trouverez le véritable talent de Rwan. Car Rwan est un génie. Un génie des mots. Tel les grands paroliers de la langue française, Rwan s'amuse avec les mots pour raconter des histoires. Des histoires souvent complétement déjantées, mais tellement drôles et riches de sens.

Video: 

Rwan - suite

Sur scène, Rwan est déchaîné. Le public aussi. Accompagné d'une contrebasse et d'une batterie, Rwan offre bien plus qu'un simple concert, n'hésitant pas à se déguiser pour assurer complétement son show. A la fin du concert, la fête continue, Rwan invite le public à venir toaster sur scène à sa place.

 

Vous l'aurez compris, Rwan est certainement l'un des auteurs les plus créatifs et talentueux de sa génération. Une seule chose à dire, chapeau l'artiste !

T.

  

   

 

La Confirmation

Après un détour au Divan du Monde durant l'été avec Binobin, EOTO va perdre à la rentrée un de ses membres fondateurs suite au départ de ce dernier au Quebec. Malgré un premier remaniement, EOTO va ré-attaquer fort à l'automne 2008. Tout d'abord avec EZ3kiel à la Cigale (voir article) puis avec Asian Dub Foundation à l'EMB (voir article).

 

Continuant sur sa lancée, EOTO recontactera la Maroquinerie pour La Gargote (voir article), puis assistera au Cabaret Sauvage à un spectacle absolument magique, Le Vrai-Faux Mariage de la Caravane Passe (voir article). EOTO retournera à l'EMB pour y filmer la rencontre entre des jeunes de la région et le célèbre rappeur français Oxmo Puccino.

 

 

La Confirmation - Le Kizz

EOTO confirmera cette belle deuxième saison avec le groupe français qui monte, Caravan Palace, filmé à Ermont-Eaubonne, à l'Orange Bleue. Puis retournera à la Dame de Canton pour y filmer le New York Ska Jazz Ensemble. Clôturant ainsi avec ces deux concerts une deuxième année, certes moins riche en évènements, mais certainement beaucoup plus aboutie.

 

 

 

Video: 

La Confirmation - Rétrospective

Binobin

Les frères Defouad nous invitent dans leur « entre-deux » (Binobin en arabe) où se côtoient rythmes gwana, musiques de mariages, salsa et flamenco accompagnés de textes « frarabe » mixage entre le français et l’arabe. Tous ceux qui attendaient un second souffle après l’Ocherstre National Barbès ne seront pas déçus !

Binobin, Interview
Oxmo Puccino
Un son aux notes de bon vieux rap et de hip hop puissant, la voix grave d'Oxmo se pose avec élégance sur des compositions léchées. Aprés une incartade vers des sonorités plus jazzy, Oxmo revient aux origines avec un nouvel album (l'arme de paix) dont le titre en forme d'oxymore nous annonce d'emblée ce mélange de violence et de douceur qui le caractérise.
Caravan Palace

Ces fans de Django nous proposent une musique électro-jazz manouche jubilatoire ! Leur présence sur scène et l'energie qui s'en dégage sont telles que vos pieds ne pourront s'empêcher de battre la mesure et de vous emporter dans un charlestone futuriste sans même vous en rendre compte...   > voir la vidéo de l'interview

New York Ska Jazz Ensemble

Ce collectif international s’est fait connaître depuis 1994 en jouant dans la plupart des grands festivals de jazz, où leur réinterprétation ska des grands standards jazz n'a pas  manqué de surprendre ! Leur musique est un mix détonnant de Dance Hall, Reggae, Rocksteady et Jazz.

Oxmo Puccino, Interview
Caravan Palace, Je m'amuse
New York Ska Jazz Ensemble, Elegy

EZ3kiel

Dub ? Electro ? Rock ? A vrai dire, je serais incapable de définir le style d'EZ3kiel. Mais à la seule évocation du nom de ce groupe, certains adjectifs me viennent tout de suite en tête. Magistral, sublime, grandiose, magique, etc. Les symphonies mécaniques d'EZ3kiel nous plongent au sein d'une atmosphère à la fois sombre et obscure mais terriblement belle et élégante. Et malgré cette ambiance parfois pesante, les notes d'espoir viennent toujours se glisser pour ré-équilibrer cet univers ténébreux. Que l'on soit touché ou non par ces mélodies, on ne peut en aucun cas y rester indifférent.

 

En concert, EZ3kiel propose un véritable spectacle d'innovations technologiques. Non seulement, leurs chansons sont illustrées sur écran, mais les images de l'écran réagissent intuitivement aux sonorités. En effet, Yann Nguema, le bassiste du groupe, a développé un logiciel permettant au groupe de déclencher les images grâce à leurs instruments.

 

On peut dès lors assister à une battle de batteries symbolisée à l'écran par des bras mécaniques venant heurter leurs cibles à chaque fois que les batteurs portent leurs coups.

 

Ou bien, à cette incroyable scène où le public devient, l'espace d'un instant, acteur du spectacle jouant avec un ballon musical inventé par le groupe.

 

 

 

    

EZ3kiel - Via Continum

Initialement, nous avions contacté le groupe pour les filmer lors d'un festival, mais des contraintes d'ordre technique nous obligèrent à repousser cette captation au concert prévu un peu plus tard à la Cigale. Malheureusement, les conditions imposées par la Cigale furent pour nous terribles : une seule caméra, le droit de filmer uniquement les 3 premières chansons et diffuser maximum 3mn du concert. Ce concert restera pour moi l'un des plus beaux que nous ayons eu l'occasion de filmer, mais quelle déception de ne pouvoir vous en montrer plus...

T.

 

 

Asian Dub Foundation

Créé dans l'Est londonien il y a plus de 15 ans, Asian Dub Foundation reste un groupe phare des années 2000. Malgré quelques remaniements, le groupe n'a pas perdu de sa vertu et garde la marque qui lui est propre. EOTO a rencontré le guitariste : Steve ChandraSonic Savale, membre clef et fondateur d'Asian Dub. Il nous reçoit dans le camion des Asians. Au début, l'ambiance est un peu étrange car il parle peu. Mais il apprécie de plus en plus les questions et se décrispe enfin. Il partage alors avec nous ses larges références culturelles avec passion. Pendant le concert dans l'EMB plein à craquer, la chaleur monte : le duo guitare-basse fonctionne à merveille sur des samples composés à la volée par le DJ. Le chanteur semble parfois un tout petit peu en retrait, notamment en ne participant pas à quelques chansons d'ambiance, mais envoie tout de même de très bons flows. A la batterie, percussions et énorme doum-doum, l'homme percu sort de sa caverne, saute et tappe partout et nous transmet une telle énergie que l'on en fait autant ! ... et  autant dire que ça n'a pas été facile de filmer mais au moins on a adoré !

Neb

Asian dub Foundation : S.O.C.A. - Rise to the challenge


S.O.C.A.
 

Rise to the challenge

La Gargote

Depuis plus de dix ans se succèdent et s'entremêlent dans la Gargote chansons à texte, accordéon, batterie, guitare, tuba, violon, trompette, piano, clarinette, percussions, basson, flûtes et violon-scie. Il y en a beaucoup et à coup sûr on en oublie! C’est un groupe de scène, avec un nombre incalculable de concerts, et trois albums, Sans RaisonJour de Fête, et Pas sorcier; sorti en mai 2010. Après les avoir vus près de six ans auparavant, à l’occasion de leur virée à la Maroquinerie, j'ai voulu les rencontrer, découvrir leur univers, et partager cette aventure avec vous. Nous avons tous été bluffés par ce groupe ouvert qui aime se livrer avec simplicité. Tout le monde était là et a participé : Mickaël (chant, guitare, accordéon) à la voix retentissante, Wilfried (batterie, percussions, piano) avec son sens de la formule bien placée, Jérome (guitare etchant), Ronald (clarinette et vent) avec son merveilleux accent et sa citation légendaire “la musique c’est un tableau qui se peint sur une toile de silence”. Et bien sûr tous les autres. Ils nous offrent un disque et dédicacent une affiche. Vous aurez compris, on passe un bon moment.

La Gargote - La Foire

Pendant le concert, on entre avec délectation dans l’ambiance proposée. La musique est variée, calme ou entraînante. Les musiciens n’hésitent pas à prendre la parole pour introduire un morceau, pousser la petite blagounette ou jouer sur les mots avec humour. Pas de militantisme affiché, tout reste décalé, ironique et imagé. Les morceaux s'enchaînent. Les notes, les vers et les rythmes aussi. On passe de la Bretagne à la Russie, en passant par les balkans et le New York des années 30. Nous sommes conquis. Pour le rappel, le groupe s’invite au coeur du public pour lancer la fanfare: tubas, batterie portative, trompette, guitare,... pour un dernier air de fête !!

Neb

 

 

La Gargote - Freilach n°12

EOTO: D'où vient le titre de cette chanson ?

 

Ronald: " Freilach, c'est du yiddish, ça veut dire joyeux, une danse joyeuse, et pourquoi le numéro 12 ? Ca c'est de la musique klezmer. Un des premiers recueils de cette musique qui a été imprimé. C'était fait dans les années 30, au New York Studio à Brooklyn, et la partition s'appelle Kammen International Danse Folio..."

 

 

 

Le Vrai-Faux Mariage de La Caravane Passe

Soyez tous les bienvenus pour festoyer et célébrer le vrai faux mariage de Sacha et Mona !! Tout droit venu de Plechti (entre Paris et le nord de l’Albanie) ce joyeux couple burlesque a décidé de transformer le Cabaret Sauvage en une salle des fêtes digne d’un film de Kusturica. Accompagnée d’un magicien, d’un photographe, d’une acrobate et sans oublier LA CARAVANE PASSE comme orchestre, la magie tzigane a opéré et enivré les hôtes d’un soir. La foule en délire, aidée par le flot d’alcool offert généreusement par la troupe, n’a pu résister au charme subtil de ce mélange atypique. Quelques heures auparavant, notre rencontre avec les membres du groupe s’effectua autour d’une petite vodka venue des steppes plechtiennes comme le veut la tradition et c’est en toute liberté qu’EOTO a pu assister à la préparation des artistes. Bien que le spectacle soit rodé et calibré comme une horloge suisse, cela n’empêcha pas de sentir la pression monter au fur et à mesure que les minutes défilèrent. Tout le monde était maquillé et déguisé pour l’évènement et nous avons dû également  nous plier à cette règle pour pouvoir filmer sur scène. Une expérience que certains de nos membres n’oublieront pas de sitôt…

 

 

 

Catégorie (Salle): 

Le Vrai-Faux Mariage - suite

Malgré le froid hivernal (nous sommes en plein février), la chaleur était palpable dans la salle. C’est alors qu’un son lointain, presque inaudible, fit son entrée. Le rythme de plus en plus perceptible finit par envahir le chapiteau du Cabaret  Sauvage, brisant ainsi les stéréotypes en offrant un défilé de musiciens au sein même du public, tel une fanfare totalement débridée.

Musicalement, en plus de leur propre répertoire riche et varié ce sont plusieurs classiques (Tango, Carmen…)  qui sont détricotés et rejoués à la sauce de Plechti : un savoureux mélange slave, oriental, rock déjanté, à vous faire perdre la raison. La scénographie n’a pas été laissée de côté. Entièrement réalisée de bric et de broc, tissus colorés et plusieurs objets que l’on pourrait trouver dans une décharge municipale, elle s’inscrivit dans la tradition des troubadours d’antan, nous faisant oublier les soirées mondaines parisiennes.

Mo.